Ton score sera plus prĂ©cis si toi-mĂȘme tu “nourris” le big data

Film hybride Ă  la croisĂ©e de la SF, de l’action et de la comĂ©die, Demolition Man avait tout pour surprendre le public de 1993. Aujourd’hui, le film de Marco Brambilla jouit d’une rĂ©putation mĂ©ritĂ©e de film culte bourrĂ© de rĂ©fĂ©rences…

7 points de réflexion sur Demolition man
par WarriordDuDimanche.net

Petit rappel historique pour les plus jeunes: en 1993, internet n’existe que pour s’envoyer des emails entre Ă©tudiants Ă  la fac et n’est pas connu du grand public (ou considĂ©rĂ© comme un truc de nerds qui font joujou), il n’y a pas de tĂ©lĂ©phones portables (en fait si, mais ils ressemblent Ă  un fer Ă  repasser et on se voit contraint de vendre un organe dĂšs qu’on veut passer un coup de fil, voir radiocom 2000 ), la musique et les films n’existent qu’en support physique etc.

1- L’humain qui propose Ă  son interlocuteur de choisir dĂ©libĂ©rĂ©ment un Ă©change robotisĂ©e

La robotisation des services

2- La surveillance des communications et la vie privée

Une rĂšgle de vie

3- La “protection” forcĂ©e du citoyen

Nous savons ce qui est bon pour vous

4- Le pistage des citoyens et des Ă©changes

un mal nécessaire ma pauvre dame

5- La manipulation de l’opinion

Un outil indispensable

6- La monopolisation de la société

pizza hut est le seul restaurant existant

7- Le politiquement correct obligatoire

Dans l’avenir de Demolition Man , une machine gouvernementale Ă  l’Ă©coute permanente dĂ©tecte tous les mots interdits et inflige une amende sous la forme d’un reçu d’un imprimeur mural

Ces Ă©lĂ©ments du film nous les retrouvons aujourd’hui dans notre vie, soit trente ans plus tard…

GĂ©nĂ©ralisĂ© dans le fameux Ă©pisode de black mirror (“chute libre” s03e01 2016) oĂč l’on ressent bien l’arrivĂ©e du big data, de l’intelligence artificielle et par la mĂȘme occasion, de “big brother”…

Black Mirror a pu s’inspirer d’un pays que nous ne connaissons finalement que peu : la Chine.
Empire de la technologie, usine du futur… et, il est dĂ©sormais impossible d’échapper Ă  la vidĂ©osurveillance en Chine.

Imaginez des citoyens constamment Ă©piĂ©s par des milliers de camĂ©ras de surveillance et notĂ©s sur chacun de leurs faits et gestes. S’ils sont filmĂ©s en train de jeter un papier par terre ou de traverser au feu rouge, c’est une incivilitĂ© qui leur coĂ»tera des points en moins.

Le « systĂšme de crĂ©dit social » chinois consiste Ă  Ă©valuer, rĂ©compenser et punir les citoyens selon leur comportement. Ce projet, nĂ© au moment oĂč PĂ©kin prĂ©parait son entrĂ©e Ă  l’OMC, s’inspirait alors des systĂšmes occidentaux d’évaluation des capacitĂ©s d’emprunts et de remboursement des entreprises et des mĂ©nages.

Le Crédit Score et le Crédit historique aux USA

Il a cependant connu une inflexion majeure ces dix derniĂšres annĂ©es sous l’effet de l’idĂ©ologie caractĂ©ristique de la Chine contemporaine. PĂ©kin prĂ©tend maintenant ĂȘtre « leader mondial » dans le domaine du « crĂ©dit social », et propose de diffuser ces pratiques Ă  l’étranger…

Les autoritĂ©s utilisent la reconnaissance faciale Ă  grande Ă©chelle et la combinent Ă  un systĂšme de notation. Des points sont accordĂ©s aux citoyens “modĂšles”, qui bĂ©nĂ©ficient d’avantages dans les services publics, tandis que les mauvais Ă©lĂšves, auteurs d’incivilitĂ©s ou de critiques Ă  l’encontre du rĂ©gime, se voient privĂ©s de certains droits et inscrits sur une liste noire.

Plus ou moins de droits dans la sociĂ©tĂ© selon vos “bons” et “mauvais” points

EnvoyĂ© SpĂ©cial a enquĂȘtĂ© sur ce programme appelĂ© “crĂ©dit social”


43 municipalités ont déjà institué des projets pilotes. Le systÚme de contrÎle de Rongcheng, dans le Shandong, classe les individus en six catégories en fonction du nombre de points possédés par chacun:

AAA (plus de 1 050 points) : citoyen exemplaire ;
AA (entre 1030 et 1 049 points) : citoyen excellent ;
A (entre 960 et 1 029 points) : citoyen honnĂȘte ;
B (entre 850 et 959) : relativement honnĂȘte ;
C (entre 600 et 849) : niveau d’avertissement ;
D (549 et moins) : malhonnĂȘtetĂ©.

L’Ă©mission d’Elise Lucet sur France 2 nous plonge au cƓur du systĂšme de notation expĂ©rimentĂ© dans une quarantaine de villes chinoises.

Les grandes entreprises nous espionneraient plus que l’Etat ?

“Certainement”, rĂ©pond Jean-Gabriel Ganascia, expert en intelligence artificielle, prĂ©sident du comitĂ© d’Ă©thique du CNRS : si les pratiques de l’Etat sont encadrĂ©es, “ces grandes entreprises, elles, font un peu ce qu’elles veulent avec les donnĂ©es que nous leur fournissons, sur les rĂ©seaux sociaux par exemple ou avec internet, oĂč nous sommes notĂ©s en permanence”.

CĂ©dric Beau : La Chine, Le Chinois prĂ©sente ce que c’est et les impacts que ça a sur la vie quotidienne…

DĂ©jĂ , comment est-ce qu’il est calculĂ©? Big data + intelligence artificielle, il est Ă  la pointe de la technologie. Personne n’a accĂšs Ă  ton score de crĂ©dit social, SAUF si tu donne ton accord explicite ou le montre volontairement. Seuls le gouvernement et les organismes accrĂ©ditĂ©s (Bank of China et les 8 sociĂ©tĂ©s Ă  qui la bank of China a donnĂ© des licences comme Alipay avec le CrĂ©dit SĂ©same) ont accĂšs aux scores….

Au final, plusieurs choses sont nécessaires :

  • Puisque le score social est basĂ© sur le big data, ton score sera plus prĂ©cis si toi-mĂȘme tu “nourris” le big data.
  • Puisque le crĂ©dit social est calculĂ© grĂące Ă  l’intelligence artificielle, il est plus facile d’avoir une note qui te correspond si tu utilise les services et applications qui y sont liĂ©es (faire tes payements, rembourser tes cartes de crĂ©dit et payer tes factures via l’application Alipay par exemple), et ce de maniĂšre rĂ©guliĂšre
  • Et puisqu’il s’agit d’un score financier, tout comme ton score Ă  la banque en France, pour avoir un haut score il conviendra d’avoir un haut revenu et de l’Ă©pargne.


Sources : Google.com/search / francetvinfo.fr…3652977/3629697 / medium.com / rance24.com / institut-thomas-more.org / ledevoir.com / frenchdistrict.com / …


BONUS : Construisez la billetterie pour la moralitĂ© verbale de Demolition Man