Listen to this article
₿ comme Brillantissime

Si est seulement si, sera désormais la norme :
PrivilĂ©gier les entreprises engagĂ©es contre le rĂ©chauffement climatique et transparentes sur leur impact sur l’environnement.
Imposer une transparence publique carbone…

Dans sa lettre annuelle influente de ce dĂ©but 2020, M. Fink (prĂ©sident-directeur-gĂ©nĂ©ral de la plus grosse sociĂ©tĂ© de gestion portefeuilles et d’investissements au monde) a dĂ©clarĂ© que son entreprise aura comme objectif principal :

Eviter les investissements dans des sociétés qui «présentent un risque élevé lié au développement durable».

“La prise de conscience Ă©volue rapidement, et … nous sommes Ă  la veille d’un remaniement fondamental de la finance … agir de maniĂšre plus agressive pour voter contre les Ă©quipes de direction qui ne font pas de progrĂšs en matiĂšre de durabilitĂ© et inciter les entreprises Ă  divulguer leurs plans pour fonctionner dans un scĂ©nario oĂč L’objectif de l’accord de limiter le rĂ©chauffement climatique Ă  moins de deux degrĂ©s est pleinement atteint.”

Pour ce faire, le gĂ©ant mondial a rejoint l’influent groupe d’investisseurs Climate Action 100 +, sa signature l’engage Ă  « agir pour rĂ©duire les Ă©missions de gaz Ă  effet de serre dans l’ensemble de la chaĂźne de valeur, selon les objectifs fixĂ©s par l’accord de Paris » ainsi qu’Ă  s’aligner sur les standards de transparence de la « Task Force on Climate-related Financial Disclosure » (TFCD).

C’est Ă©galement le message martelĂ© par Michael Bloomberg (onziĂšme personne la plus riche du monde) Ă  l’occasion de la sortie du rapport du groupe de travail TCFD(TaskForceonClimateDisclosure).

“Une transparence accrue rend les marchĂ©s plus efficaces et les Ă©conomies plus stables et rĂ©silientes”

Cher PDG,

En tant que gestionnaire d’actifs investit pour le compte d’autrui, je vous Ă©cris (…) L’argent que nous gĂ©rons n’est pas le nĂŽtre. Il appartient Ă  des personnes dans des dizaines de pays qui essaient de financer des objectifs Ă  long terme comme la retraite. Et nous avons une profonde responsabilitĂ© envers ces institutions et individus – qui sont actionnaires de votre entreprise et des milliers d’autres – pour promouvoir la valeur Ă  long terme. (…)

En tant que fiduciaire, notre responsabilitĂ© est d’aider les clients Ă  naviguer dans la transition. Notre conviction d’investissement est que les portefeuilles intĂ©grĂ©s au dĂ©veloppement durable et au climat peuvent offrir de meilleurs rendements ajustĂ©s au risque aux investisseurs. Et avec l’impact de la durabilitĂ© sur les rendements des investissements qui augmente, nous pensons que l’investissement durable est la base la plus solide pour les portefeuilles clients Ă  l’avenir. (…)

(…) À court terme, une partie du travail visant Ă  attĂ©nuer les risques climatiques pourrait crĂ©er davantage d’activitĂ© Ă©conomique. Pourtant, nous sommes confrontĂ©s au problĂšme ultime Ă  long terme. Nous ne savons pas encore quelles prĂ©visions sur le climat seront les plus prĂ©cises, ni quels effets nous n’avons pas pris en considĂ©ration. Mais on ne peut nier la direction que nous prenons. Chaque gouvernement, entreprise et actionnaire doit faire face au changement climatique. (…)

Les entreprises et les pays qui défendent la transparence et démontrent leur réactivité aux parties prenantes, en revanche, attireront plus efficacement les investissements, y compris des capitaux de meilleure qualité et plus patients

(…) Lorsque nous estimons que les entreprises et les conseils d’administration ne produisent pas de divulgations efficaces en matiĂšre de dĂ©veloppement durable ou ne mettent pas en Ɠuvre de cadres pour gĂ©rer ces problĂšmes, nous tiendrons les membres du conseil d’administration responsables. Compte tenu des bases que nous avons dĂ©jĂ  posĂ©es en matiĂšre de divulgation et des risques d’investissement croissants entourant la durabilitĂ©, nous serons de plus en plus disposĂ©s Ă  voter contre la direction et les administrateurs lorsque les entreprises ne progressent pas suffisamment sur les divulgations liĂ©es Ă  la durabilitĂ© et les pratiques et plans commerciaux sous-jacents. (…)

(…) MĂȘme si seule une fraction des impacts projetĂ©s est rĂ©alisĂ©e, il s’agit d’une crise beaucoup plus structurelle Ă  long terme. (…)

Les entreprises, les investisseurs et les gouvernements doivent se préparer à une réaffectation importante du capital

(…) Cette dynamique s’accĂ©lĂ©rera Ă  mesure que la prochaine gĂ©nĂ©ration prendra la tĂȘte du gouvernement et des entreprises. Les jeunes ont Ă©tĂ© Ă  l’avant-garde pour appeler les institutions Ă  relever les nouveaux dĂ©fis. Ils demandent davantage aux entreprises et aux gouvernements, Ă  la fois dans la transparence et dans l’action. Et au fur et Ă  mesure que des milliers de milliards de dollars seront transfĂ©rĂ©s aux millĂ©niaux au cours des prochaines dĂ©cennies, Ă  mesure qu’ils deviendront PDG et DSI, qu’ils deviendront les dĂ©cideurs et les chefs d’État, ils remodeleront davantage l’approche mondiale de la durabilitĂ©. (…)

À l’approche d’une pĂ©riode de rĂ©allocation importante du capital, les entreprises ont la responsabilitĂ© – et un impĂ©ratif Ă©conomique – de donner aux actionnaires une image claire de leur prĂ©paration. (…)

Une plus grande transparence sur les questions de durabilité sera un élément toujours important de la capacité de chaque entreprise à attirer des capitaux

(…) Il aidera les investisseurs Ă  Ă©valuer les entreprises qui servent efficacement leurs parties prenantes, en remodelant le flux de capitaux en consĂ©quence. Mais l’objectif ne peut ĂȘtre la transparence pour le plaisir de la transparence. La divulgation devrait ĂȘtre un moyen de parvenir Ă  un capitalisme plus durable et inclusif. Les entreprises doivent ĂȘtre dĂ©libĂ©rĂ©es et dĂ©terminĂ©es Ă  adopter un objectif et Ă  servir toutes les parties prenantes – vos actionnaires, clients, employĂ©s et les communautĂ©s dans lesquelles vous opĂ©rez. Ce faisant, votre entreprise jouira d’une plus grande prospĂ©ritĂ© Ă  long terme, tout comme les investisseurs, les travailleurs et la sociĂ©tĂ© dans son ensemble.

Cordialement.

Larry Fink

Président et Directeur Général

La « tokenisation » de l'économie

En informatique plus qu’ailleurs, Ă  chaque nouveau problĂšme son nĂ©ologisme. Des questions de sĂ©curisation des donnĂ©es est donc nĂ©e la “tokenisation”.